Contact;

A votre service depuis 2004

Diagnostics Vente & Location

Autres diagnostics

Diagnostic amiante c) une décision aux conséquences limitées d'un point de vue économique

page precedente remonter page suivante

La grande raison invoquée par les industriels pour s'opposer à la prise d'une décision d'interdiction de l'amiante a toujours été le coût des répercussions économiques et des répercussions sur l'emploi qu'engendrerait une telle mesure.

Le chiffre d'affaires total de l'industrie de l'amiante s'élevait en 1995 à 1,7 milliard de F.

Les deux grandes sociétés se partageant le marché de l'amiante-ciment en France -St-Gobain (avec sa filiale Everite et Pont à Mousson) et Eternit- employaient environ 15.000 salariés dans les années 1970 mais n'en employaient déjà plus qu'environ 2.000 en 1996 (en raison de la crise du bâtiment et du développement de l'automatisation).

Avec la décision d'interdiction de l'amiante, des plans sociaux ont été annoncés chez Eternit et Everite.

Mais, il faut souligner que, depuis dix ans, Eternit s'était engagée dans une politique de reconversion : elle employait environ 6.000 personnes dans les années 1974-1975 et l'usine de Thiant 2.600 personnes.

Il est donc fort probable que les industriels vont profiter de la situation pour enclencher des plans sociaux qui auraient de toute façon dus être mis en oeuvre.

La fermeture du site de Triel (126 personnes) a été annoncée mais, à moyen terme, sa suppression avait déjà été programmée.

Le site de St-Rambert-d'Albon doit également fermer.

Les emplois de l'usine de Descartes sont préservés.

En revanche, des licenciements ont été annoncés à Thiant (114 personnes sur 308), à Vitry en Charolais (16 personnes sur 239), à St-Grégoire (10 personnes sur 154), à Albi (36 personnes sur 57), et à Vernouillet (67 personnes sur 206);

Même si tout licenciement est toujours douloureux, et qu'il l'est d'autant plus que ces industries sont bien souvent le seul employeur dans les sites concernés, il saute aux yeux que, d'un point de vue macro-économique, l'effet de la décision d'interdiction est des plus limité.

Par ailleurs, en dépit de leur discours officiel, il semble bien que les industriels de l'amiante étaient prêts à une reconversion rapide.

Alors que la décision officielle d'interdiction date du 3 juillet 1996, c'est le 8 juillet que l'usine Eternit de Thiant a arrêté toute fabrication de produits d'amiante-ciment : l'amiante a été remplacé dans la chaîne de production par une autre fibre artificielle, le PVA (fibre de gros diamètre).